• Québec T 418 907-9624
  • 825, boul. Lebourgneuf, bureau 404
  • Québec (Québec) G2J 0B9
  • Lévis T 418 522-2380
  • 1200, boul. Guillaume-Couture, bureau 402A
  • Lévis (Québec) G6W 5M6
  • Montréal T 514 394-0813
  • 1080, Côte du Beaver Hall, Bureau 2100
  • Montréal (Québec) H2Z 1S8
  • Drummondville T 1 877 907-9624
  • 1639, Boul. Saint-Joseph, bureau 2
  • Drummondville (Québec) J2C 2G4
Fermer

Nouvelles.

Tout savoir.

Prochainement

Réseaux sociaux et ressources humaines - GRATUIT

CLASSE VIRTUELLE d'une durée de 2h00 permettant de mieux connaître les éléments de succès, les impacts et des stratégies pour que les médias sociaux servent de levier dans votre organisation.

Dates : contactez-nous
Lieu : EN LIGNE

S’inscrire
Plus

Nouvelles

Le monde du travail change

16 avril 2017

Les médias dépeignent fréquemment l’actualité que les entreprises ont de la difficulté à recruter du personnel, comme c’était encore le cas dans La Presse récemment. Pourtant, Emploi-Québec de la Capitale-Nationale a mis sur pied un nouveau programme COMPLÈTEMENT GRATUIT pour soutenir et appuyer les PME à travers cet enjeu.

S’informer
Plus

Les nouvelles du moment.

La «bonne paie» ne suffit plus – Le Soleil 19 septembre 2016 – Proxima Centauri en entrevue

19 septembre 2016

Article du journaliste Gilbert Leduc.

Une «bonne paie» ne suffit plus à attirer et à retenir les plus beaux talents.

«Plus que jamais auparavant, les candidats évaluent d’autres critères que le salaire avant de choisir tel ou tel employeur», affirme Myrka Maheux.

«Il va arriver qu’un travailleur va accepter une rémunération inférieure lorsque l’employeur lui propose, en contrepartie, un aménagement du temps de travail, des horaires flexibles, des journées de congé additionnelles ou encore de faire du télétravail», ajoute Rémi Lachance.

1265629-myrka-maheux-remi-lachance-proxima

«Évidemment, la rémunération doit être concurrentielle à celle que l’on retrouve sur le marché. C’est la moindre des choses», insistent les deux dirigeants de Proxima Centauri, une société de Québec qui accompagne des centaines de compagnies désireuses de devenir des employeurs de choix.

Parmi les pratiques de gestion des ressources humaines qui permettent d’influencer positivement la rétention des travailleurs, la structure salariale arrive au deuxième rang, tout juste derrière l’ambiance de travail, selon un sondage réalisé par Proxima Centauri auprès d’une centaine de dirigeants d’entreprise de la région de Québec.

Rémunération originale

De nouvelles façons de faire poussent dans les entreprises.

Les régimes de bénéfices partagés gagnent en popularité. «Une façon d’amener tous les employés à contribuer solidairement et collectivement à la croissance de l’entreprise», note Rémi Lachance.

Il y a également la rémunération indirecte, notamment alimentée par les programmes de reconnaissance des employés qui permettent à ces derniers d’obtenir des cadeaux ou des récompenses.

«Les entreprises québécoises ont encore du chemin à faire pour trouver des façons originales pour rémunérer leurs employés autrement que par la structure salariale traditionnelle. Nous accusons du retard à ce chapitre par rapport à ce qui se fait aux États-Unis et en Europe.»

Les entreprises ont aussi intérêt à dépoussiérer et moderniser leur grille salariale, suggère Myrka Maheux.

«Jadis, pour atteindre le sommet de l’échelle salariale, il fallait patienter 10 ou 15 ans. Aujourd’hui, les jeunes – qui ont tous la bougeotte – ne veulent pas attendre tout ce temps. Souvent, ils vont partir au bout de trois ans. Surtout les professionnels. Or, les entreprises doivent revoir leur grille salariale afin de permettre aux nouveaux travailleurs de toucher plus rapidement au top de l’échelle salariale.  ­

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/le-travail-et-nous/201609/18/01-5021781-2017-sera-chiche-sur-les-salaires.php

 

Inscription à l'Infolettre

Veuillez remplir le champ courriel.